L’aventure du Soulier

Paris ne s’est pas fait en un jour, le Soulier aussi, a son histoire.

 

le projet du départ:

  • Acheter à plusieurs (12 parts égales).
  • Après de sages conseils, l’option était d’acheter avec un majoritaire et pleins d’autres qui l’aident.
  • Puis au final c’est une seule personne qui a acheté le gîte.
  • Une association d’hospitaliers auraient étés à charge de gérer le gîte (travaux et planning d’accueil). cela n’a pas pu se faire car une association doit accueillir comme un hôtel (exemple: ne pas donner de l’eau de source, ni les restes de la veille aux pèlerins accueillis).

L’option choisi:

      Michel, le propriétaire, fait un accueil familial chrétien au Soulier et

pleins d’hospitaliers bénévoles l’aident à continuer cet accueil familial chrétien

      (

nous restons bien toujours dans l’idée du départ

      ). Le Soulier s’est construit avec beaucoup de personnes de bonne volonté, il n’y a pas de meilleurs que d’autre, chacun apporte ce qui selon ses moyens (pas de premier ni de dernier).

Un grand MERCI à tous ceux qui ont œuvré à rendre ce gîte beau et priant. qu’elle belle aventure humaine et spirituelle

la première année, le reste des dons des pèlerins a été investi dans l’amélioration du gîte. l’an dernier plus de la moitié a été donné à des associations caritatives.

      Quand tous les travaux du gîte seront terminés, on pourra

donner 100% du reste

      des dons des pèlerins pour des dons aux œuvres (

on en n’est pas loin)

      Chaque année nous apporte son lot de joies et de peines.

Le soulier reste un accueil chrétien

      en étant le plus ouvert et tolérant possible dans tous les domaines.  Il y a des personnes qui nous ont quitté ou qui nous quitterons, car  leurs attentes ou leur égos n’étaient plus en harmonie avec l’esprit du lieu.


Dans tous les cas on gade le cap, plein large… On accepte tous le monde, et on ne retient personne…

Avec le recul de l’expérience acquise depuis bientôt 4 ans:

  1. l’esprit du lieu s’est imposé grâce à toutes les personnes qui ont œuvré au gîte, chacun selon ses possibilités.
  2. Il n’y a pas de premier, ni de dernier, chacun a été indispensable.
  3. Sans l’aide du Christ, nous n’aurions jamais fait tout cela.
  4. Même les actions pas trop glorieuses, au final, elles nous ont fait grandir en nous interpelant à réfléchir pour garder le même cap du départ.

La vie du gîte par année:

  • Le 28 Mai 2008 : achat, premiers travaux d’urgence pour le mettre à notre main et accueil des pèlerins, par un couple d’hospitalier de choc (Louis et Marie Aimée) pendant plus de trois mois….
  • En 2009: mise en place d’une yourte, construction et bénédiction de notre chapelle dédiée à sainte Fleur.
  • En 2010 année Jacquaire: ré-aménagement de notre cuisine d’été et des chambres pour les hospitaliers de service. Découverte de notre raison d’être sur ce chemin: la miséricorde divine. en échange de travaux, le gîte est resté ouvert aux pèlerins, tout l’hiver. le bilan est plutôt mitigé, nous sommes encore partagé sur ce point, ce n’est pas sur qu’on renouvelle l’expérience…
  • En 2011: après les travaux d’harmonisation, une semaine avant Pâques la saison a commencé en beauté dans tous les sens du terme, quatre personnes de la communauté de l’arche de Jean Vanier ont assuré l’accueil des pèlerins.
  • En 2012, avec ses quelques travaux pour l’hiver 2011 (avis aux bonnes volontés):
  1. Réfection de nos deux salles de bains
  2. Emmener l’eau pour les pèlerins près de la route. en profiter pour créer un jardin de plantes aromatique
  3. gros travail de peinture dans notre salle à manger
  4. mettre un système de goute à goute dans jardin de fleurs.